Plex

De Mneme
Aller à : navigation, rechercher


Nous comprenons peu à peu, depuis Henri Poincaré (irresolvabilité du problème des "n-corps"), Max Plank (physique quantique), Albert Einstein (relativité), etc. Ted Nelson (Xanadu, hyperlien), Norman Hardy (Tymnet, capacités), Doug Engelbart (hypermédia, traitement de texte, souris), Benoit Mandelbröt (fractales), Louis Pouzin (le réseau des réseaux), etc., que l'univers est une immense agora dont tous les membres sont interliés par leurs syllodonnées (les données entre les données liées).
Ceci forme un immense "'
web complexe" où chacun est le centre de son propre univers (principe cosmologique) que nous appelerons son "plex", nous donnant un cadre clair pour en distinguer, décrire et utiliser les spécificités, en cohérence, au sein de la tenségrité (Richard B. Fuller) de la complexité universelle.
Le propos d'un BLIK est de permettre en ligne : (1) un coup d'oeil (blik) général au plex qu'il aborde et (2) son approffondissement par l'information et la conflexion participative (réflexions croisées).





L'analyse parallèle des recherches en cérébriques naturelles et artificielles conduit à envisager une architectonie noétique qui mettrait en jeu :

  • la conscience
  • la volonté
  • la cogitation
  • le mnème
  • la mémoire

où le mnème est la "boite à liens" de la mémoire.

Une approche de ce type est observée sur l'internet : la fonction du DNS, (domain name system) et ses outils dynamiques, font tout fonctionner. Le mnème personnel (carnet d'adresses) ou commun (annuaire) est ce qui permet d'utiliser le téléphone.

Ces exemples montrent la valeur économique d'un mnème. Il en est de même pour le savoir (indexes), les successions (inventaires numérisés), etc.

Ceci conduit à la proposition d'étude d'un syslogue (ensemble lié par logos, comme le système est ensemble lié par la techne) informatique que l'on pourrait nommer "mnemedb". Il pourrait servir de banc-test "agoriciel" à expérimenter pour diverses applications.